Chronique : entre slam et chanson française – Benoit Dorémus

Je les envie. Les gens. Ceux qui n’ont rien à craindre du noir. Ceux qui dorment quand les ombres bougent. Ceux qui sourient dans l’obscurité, paisibles, comme des enfants. Ceux qui ne voient jamais les 4h27 inscrit sur leur réveil. Putain d’insomnie. Je navigue entre les styles musicaux avant de tomber sur Brassens en pleine poire. Alors, elle est partie ma boule de rage, dans le décor. En Tachycardie , le titre de l’album, décrit parfaitement ce que l’on ressent à l’écoute des chansons de Dorémus. Toutes les questions qui tournent dans nos têtes, sans réponses, et le cœur qui bat trop vite, beaucoup trop vite. Putain de Tachycardie. Benoît Dorémus ose étaler ses états d’âmes avec une authenticité touchante, avec ses mots à fleurs de peau qui emportent dans son univers drôle et mélancolique.

Brassens en pleine poire  navigue entre slam et chanson française, dans un mix parfaitement maîtrisé. Suivez ce rythme déambulant et partez patiner jusqu’au parc Georges Brassens en sa compagnie. La chanson cogne les tympans, la douceur de la guitare et la voix grave parfaitement maîtrisée touchent au cœur.

Dire que tout ça c’est à cause des ruptures. Ou plutôt de ce qu’elles nous laissent. Du vide qui nous envahit. De la lassitude qui nous prend aux tripes. Le mensonge et la tromperie qui nous enragent. Putain d’amour.

Enfin, l’artiste français laisse son cœur continuer de battre en emportant celui de son auditoire.

Brives Aurélia, 2nde, Lycée Jean Moulin, Pézenas