Blondino – Valérie Lehoux – Télérama

Blondino

Moins ténébreuse que Fishbach, moins scintillante que Juliette Armanet, moins féministe que Clara Luciani, la discrète Blondino n’en trace pas moins son chemin avec une élégance qui pourrait finir par payer. Car autant son premier album, sorti l’an passé, nous semblait trop évanescent pour s’imposer dans le paysage déjà fort peuplé de la jeune chanson féminine, autant ce nouvel EP, plus incisif, ravive notre écoute et notre intérêt. Cinq titres à la fois mélodiques et charnels, qu’elle emplit d’une jolie voix sensuelle à la force tranquille. Sans manières, mais à travers une série d’images raffinées, Blondino chante la peur, l’amour compliqué, l’incommunicabilité et la solitude — par exemple dans Loveless, titre addictif qui rappelle certes mille tubes d’antan, mais s’avère d’une efficacité digne des grandes chansons pop. Qu’elle referme son petit disque avec une reprise de Brigitte Fontaine (Les Filles d’aujourd’hui) n’est évidemment pas pour nous déplaire. Encore un peu plus de tranchant et de personnalité, et on adhérera tout à fait.

Valérie Lehoux

Mis à jour le 01/05/2018